Peuples Autochtones

Après m’être inspiré du livre les Bandits de Eric Hobsbawm pour la collection Révolté.e.s, j’avais encore envie de faire une collection d’affiches autour d’un livre qui permettrait à la fois d’inspirer des artistes pour réaliser de belles affiches et aussi des auteurs et/ou chercheurs pour des textes romancés ou de courts essais sur l’histoire, l’écologie, l’économie et la politique. Ce livre c’est la Société contre l’Etat de Pierre Clastres.
Une des deux prochaines collections va donc avoir pour sujet plus de 25 peuples indigènes de par le monde, des Awa d’Amazonie au Aborigènes d’Australie (certains ont même disparu). A travers cette collection j’avais envie de raconter leur histoire qui est aussi la nôtre.

La collection se prépare depuis juin, entre temps il y a eu les incendies en Amazonie, encore plus de meurtres parmi les protecteurs de la forêt ( Paulo Paulino, a été abattu le 1er novembre dernier ) et le président Jair Bolsonaro continue d’afficher son mépris des populations indigènes et sa volonté d’exploiter les ressources de la forêt amazonienne, une des plus grande zone vitale à la planète.
Donc voilà, la nouvelle collection est lancée.
Je ne vous dévoile pas les artistes participants, c’est la surprise, mais tout ce que je peux dire c’est que sur les auteurs des affiches et sur les auteurs des textes, je n’en revient pas que certains m’aient dis oui….et que c’est une torture que d’attendre à imprimer ces affiches et de pouvoir lire les textes….et quand tout sera terminé….une exposition !!

La première affiche à sortir est l’œuvre de João Pinheiro, dessinateur brésilien, auteur de « Burroughs » et « Carolina » parus chez Presque Lune éditionsJoão Pinheiro a réalisé une affiche sur les Awà d’Amazonie, qui comptent parmi les derniers chasseurs cueilleurs nomades du Brésil.

La deuxième sérigraphie de collection représente le peuple disparu des Selk’nam, le peuple originel de la Terre de Feu.

Les Selk’nam étaient un peuple de chasseurs cueilleurs arrivé sur la Terre de Feu il y aurait 10 000 ans, avant l’ouverture de Détroit de Magellan. L’arrivée de colons à partir du XIXeme siècle précipita leur disparition.
Les grands espaces de la Terre de Feu furent clôturés pour l’élevage de moutons et pour délimiter les terrains des prospecteurs d’or.
Les Selk’nam passèrent par dessus ces clôtures et chassèrent des moutons et il n’en fallu pas plus pour déclencher leur massacre. Quelques-uns furent pris en charge et survécurent dans des missions religieuses , où ils contractèrent des maladies auprès des colons.
D’une population estimée à 4000 individus en 1880, il n’en restait plus que 500 en 1905, 297 en 1919, 100 en 1930.
Aujourd’hui ce peuple est considéré comme disparu, les deux dernières représentantes Selk’nam seraient décédées en 1974 et 1999.
En 2007 des sénateurs chiliens proposèrent de reconnaître officiellement le génocide.,
Le dessin, œuvre de l’artiste chilien Tomas Ivès, représente certaines des peintures corporelles que les Selk’nam pratiquaient pour la cérémonie du Hain.